Six jours non-stop à vélo: le nouveau pari fou de Micaletti

Posted on 29 janvier 2014

0



Parcourir un Tour de France à vélo en six jours, sur les traces des pionniers du cyclisme sur piste: Pierre-Michaël Micaletti va entamer son pari fou mardi 21 janvier, sur un vélodrome virtuel et sous surveillance médicale, au sein de l’hôpital d’Evreux (Eure).

Ce sportif de l’extrême, qui avait déjà établi le record du monde du plus long contre-la-montre de l’histoire du cyclisme sur piste en juin en parcourant 864 km en 48 heures, va de nouveau s’atteler à un incroyable défi sportif et humain, sur un vélo à pignon fixe qui n’autorise aucun arrêt de pédalage.

La performance, parrainée par Bernard Hinault, quintuple vainqueur de la Grande Boucle, sera réalisée en «réalité augmentée »: le vélo est sur rouleaux, face à un écran lui permettant de connaître son évolution sur un vélodrome virtuel.

«J’espère établir une distance comprise entre 2.400 et 3.000 km, ce qui serait fantastique, avant d’aller tenter la même chose sur un vélodrome couvert, à l’instar des pionniers de la piste en 1878», explique avec enthousiasme le Marseillais, spécialiste des courses sur très grande distance.

Ces épreuves des Six Jours, passées de mode aujourd’hui et ayant évolué vers des compétitions par équipes, étaient des courses mythiques à la fin du XIXe siècle, pouvant drainer des milliers de spectateurs, ébahis par l’aspect spectaculaire de l’événement.

Les records n’étaient certes pas homologués à l’époque. Mais l’histoire retient tout de même l’exploit de l’Américain Charlie Miller qui, en 1897, frôlant la mort, avait réussi à parcourir plus de 3.368 km sur le vélodrome du Madison Square Garden, à New York !

Le mental au service de la science

Mais pas question ici de mettre la vie de Micaletti en danger. Chaque seconde de son effort sera suivie scientifiquement.
Le cycliste envisage de rester collé sur sa selle près de 20 heures par jour, à un rythme d’environ 30 km/h, s’octroyant seulement quelques pauses pour ses besoins vitaux.

Son défi, qui débutera mardi à 13 heures et devrait se terminer lundi 27 janvier à la même heure, sera filmé et enregistré par différents appareils scientifiques de mesure, et pourra également être suivi en continu par le public sur le site «www.ultrarunner.fr».

Micaletti, dont la préparation a demandé plusieurs mois d’entraînement, récuse toujours le qualificatif de «fou», repoussant toujours plus loin les limites de l’organisme. Et de philosopher: «Ce sont les frontières qui nous permettent de circonscrire l’adaptation humaine».

David COURBET – AFP – 20.01.2014

Publicités