Rythmes scolaires: NKM ne reviendrait pas sur la réforme

Posted on 15 novembre 2013

0



Nathalie Kosciusko-Morizet, candidate UMP à la mairie de Paris, ne reviendrait pas sur la réforme des rythmes scolaires si elle était élue en mars 2014, mais la rendrait moins « anxiogène », ont affirmé mardi 3 septembre ses porte-parole.

« Nous n’étions pas opposés sur le fond à cette réforme dans la mesure où les écoliers français ont des journées plus longues que la plupart des Européens », a précisé l’équipe de campagne de NKM lors d’un point presse, assurant que si la réforme était « pérennisée en 2014 », elle ne serait pas « détricotée ».

Regrettant une « occasion manquée sur la forme » d’un projet menée « à la hussarde » pour des « raisons politiques », les quatre porte-parole, Pierre-Yves Bournazel, Vincent Roger, Valérie Montandon et Agnès Evren, ont déclaré que le maire de Paris M. Delanoë et Mme Hidalgo, candidate PS aux municipales, « se sont servis de la ville de Paris pour servir leurs propres intérêts ».

Ils ont dénoncé un problème « de sécurité » pour les parents d’élèves, affirmant avoir recensé dans une centaine d’écoles parisiennes « 15% de parents » n’ayant pas donné de réponse sur l’inscription de leur enfant « dans les activités périscolaires » proposées.

Selon Mme Evren, cette situation est « très anxiogène » pour les parents mais également pour les directeurs d’école.

« La mairie de Paris a aussi tablé sur des chiffres hypothétiques ne sachant pas de combien de personnel elle aurait besoin » pour encadrer les enfants, a critiqué Mme Montandon. Elle a  rappelé que la mise en place dès cette année de la réforme à Paris coûterait « 50 millions d’euros » au lieu des « 20 millions prévus ».

L’équipe de campagne de NKM a précisé vouloir « sortir par le haut » de la réforme des rythmes scolaires si la candidate UMP était élue, rappelant les propos tenus la veille par Mme Kosciusko-Morizet. La candidate avait alors demandé davantage de « transparence », de « cohérence » et d' »utilité » dans les activités périscolaires proposées aux enfants les mardis et vendredis de 15H00 à 16H30.

Son projet s’appuiera sur l’avis de parents d’élèves et du corps enseignant qui peuvent lui transmettre leurs remarques sur l’adresse « ecole@nkmparis.fr« .

Ce contact direct « permettra de faire remonter les vraies informations venant du terrain et non la +pravda+ socialiste », a souligné M. Bournazel.

David COURBET – AFP – 3 septembre 2013

Publicités
Posted in: AFP, Politique, Société