Foot à cinq: un lieu où « l’on pense, joue et regarde le foot »

Posted on 20 mai 2013

0



Des écrans géants, des tireuses à bière, une salle parsemée de tables et de canapés… une soirée parfaite pour Cyril et ses camarades pour regarder la Ligue des champions, sauf qu’il ne s’agit pas d’un bar traditionnel mais du complexe de foot à cinq de Puteaux dans les Hauts-de-Seine, l’un des 150 à 170 ouverts en France.

« On se retrouve toutes les semaines entre amis pour regarder la rencontre puis on s’habille pour jouer entre nous dans une bonne ambiance. Ici on pense, joue et regarde du foot! », déclare ce salarié d’une entreprise de transport, sac de sport au pied et bière à la main, dont l’équipe a réservé un créneau de 23h à minuit, dans la foulée de la demi-finale de C1 Dortmund-Real Madrid.

Inauguré en 2005, le premier des neuf complexes Urban Football, l’une des marques leader en France en la matière, séduit ces jeunes cadres qui n’ont plus le temps de s’investir dans un club pour des raisons familiales ou professionnelles et qui souhaitent se retrouver pour une soirée 100% football.

Dès l’entrée, le visiteur pénètre dans une antre dédiée entièrement à ce sport: presse spécialisée, vente de produits dérivés du partenaire équipementier, jeu de football sur consoles vidéo.

« On a tout sur place »

« C’est sympa car on a tout sur place et on se retrouve entre passionnés, c’est le pied », s’enthousiasme devant la demi-finale de Ligue des Champions Mathias, 38 ans, qui a remis son costume de consultant en finance après avoir passé une heure à jouer sur l’un des huit terrains du centre.

Car cette affiche européenne attire la foule avant et après le match. « On va faire salle pleine ce soir au bar, comme hier lors de la victoire du Bayern (contre Barcelone, ndlr). Et tous les terrains de cinq contre cinq sont aussi réservés jusqu’à minuit », prévient le manageur de l’accueil du centre.

A tel point que tous n’ont pas voulu prendre leur douche après leur rencontre, préférant s’assurer une bonne place dans la salle bientôt bondée. Selon les spécialistes, l’activité bar/restauration peut représenter jusqu’à 30% du chiffre d’affaires des complexes.

Dans la salle, le public est majoritairement pro-Real mais il ravale vite sa déception après la victoire de Dortmund (4-1).

« Tant pis pour le résultat, nous au moins on s’est défoulés sur le terrain tout à l’heure et maintenant on va se venger », sourit Laurent qui entame un match retour fictif avec son collègue sur une console de jeu.

David COURBET – AFP – 25 avril 2013

Publicités
Posted in: AFP, Sport