2e circonscription du 92: Pietrasanta, premier député socialiste ?

Posted on 9 juin 2012

0



PORTRAIT – Maire PS d’Asnières depuis 2008, Sébastien Pietrasanta brigue la seconde circonscription des Hauts-de-Seine. Face aux deux frères-ennemis, Rama Yade et Manuel Aeschlimann, il mise sur sa connaissance du territoire.

Face à Manuel Aeschlimann, son adversaire malheureux des municipales 2008, Sébastien Pietrasanta surfe sur la vague rose, lancée par l’élection de François Hollande, et brigue désormais un mandat de député. Seine Politique l’a interviewé. Présentation.

  • SON PARCOURS. Né en 1977 à Asnières-sur-Seine, où il a fait sa scolarité au collège et lycée Auguste Renoir, Sébastien Pietrasanta est titulaire d’un doctorat en Histoire contemporaine. Il est professeur d’histoire-géographie en lycée professionnel à Clichy-la-Garenne, près d’Asnières. Dès 1998, avec sa « volonté d’aider les autres« , il s’engage dans le milieu associatif. Il est notamment responsable d’une association de quartier pour l’aide aux devoirs et l’alphabétisation. En 2001, il devient le plus jeune conseiller municipal d’Asnières-sur-Seine. Il est alors âgé de 23 ans. Dans la foulée, il est élu président des élus socialistes d’Asnières. Dès 2004, il est élu conseiller régional d’Ile-de-France. Et, en 2008, en s’alliant à ses opposants divers-droite et MoDem, il obtient 51,86% des voix à la mairie d’Asnières et devient ainsi, à 31 ans, le plus jeune maire de la commune. S’il est élu député de la circonscription, il deviendra le premier député socialiste des Hauts-de-Seine depuis des décennies. Il deviendra aussi l’un des plus jeunes membres de l’Assemblée nationale.
  • SES POINTS FORTS. Sébastien Pietrasanta bénéficie, bien entendu, du soutien de François Hollande, mais notamment aussi de celui du ministre de l’Economie et des Finances Pierre Moscovici, ainsi que de celui de la ministre de la Justice, Christiane Taubira. Philippe Sarre, maire de Colombes, lui accorde aussi sa confiance. En outre, le candidat est né à Asnières-sur-Seine, ce qui lui confère la confiance des électeurs, à l’inverse des reproches faits à Rama Yade. Enfin, il croit en une continuité et cohérence des votants. François Hollande a remporté 51,4% des voix en mai dernier dans la circonscription. « Ma volonté est de donner une majorité à François Hollande pour qu’il puisse mettre en oeuvre ses soixante engagements« , clame-t-il. 
  • SES POINTS FAIBLES. Le candidat PS de la 2e circonscription des Hauts-de-Seine cumule deux mandats : d’une part, il est maire d’Asnières, de l’autre, il est conseiller régional de l’Ile-de-France. En cas de victoire, les dispositions actuelles sur le cumul des mandats l’obligeront à lâcher l’un d’entre eux. Sans compter le projet de François Hollande d’interdire le cumul d’un mandat parlementaire et d’un exécutif local. De plus, Sébastien Pietrasanta n’a pas échappé au procès en diffamation habituel chez les politiques : en 2006, alors qu’il est dans l’opposition, il accuse un employé de mairie d’être « un caïd avec un casier judiciaire chargé et contre l’émancipation des femmes ». En 2009, il écope d’une amende de 1000 euros et doit verser 1500 euros de dommages et intérêts.
  • SA STRATEGIE. Sébastien Pietrasanta, face aux conflits des deux ténors de droite, Rama Yade et Manuel Aeschlimann, préfère ne pas pendre part au conflit. Il prône la défense des habitants de la circonscription et dénonce une « une bataille d’égos par carriérisme » ou par  »besoin de lumière médiatique » chez ses deux principaux adversaires.

Panorama sonore: interview de Sébastien Pietrasanta

http://www.vuvox.com/collage_express/collage.swf?collageID=0599f5ae7c

Les 11 autres candidats aux législatives dans la 2e circonscription: Manuel Aeschlimann (UMP), Mohamed Bentebra (Alliance écologiste indépendante), Philippe Goiset (Lutte ouvrière), Guillaume L’Huillier (Front National), Laurent Martin Saint Léon (Debout la république), Alix Maleyre (Centre national des index. et paysans), Bruno Olivier (Solidarité et progrès), Armelle Pertus (Nouveau parti anticapitaliste), Francis Pourbagher (Parti libéral démocrate), Jean-Michel Tarrin (Front de gauche), Rama Yade (Parti radical)

David Courbet – Zoé Lauwereys – Baptiste Condominas – Seine Politique – 6 juin 2012

Advertisements
Posted in: Article, CELSA, Politique