RADIO – Sarkozy et les journalistes : mourir plutôt qu’être otage ?

Posted on 15 janvier 2012

0



En Syrie, Gilles Jacquier, journaliste pour France 2 est décédé dans des circonstances qui restent encore floues. Toute la corporation s’émeut et félicite son travail. Même le chef de l’Etat, lequel a la mémoire courte…

L’ (encore) président Sarkozy n’a pas manqué de saluer l’expérience de ce vrai professionnel. Alors qu’il avait condamné en 2010 « l’imprudence vraiment coupable » des deux journalistes, Stéphane Taponier et Hervé Guesquières, pris en otages en Afghanistan…

Journalisme, un métier qui fait (encore) rêver. Certes, mais de moins en moins. A quoi, à qui la faute ? Le fait que la profession se contente de plus en plus de glaner les informations bien au chaud derrière un écran d’ordinateur et non de se rendre sur le terrain pour vérifier ses informations y est sans doute pour beaucoup. Oubliant petit à petit le véritable objectif du journalisme : constituer un contre-pouvoir.

David COURBET – Le Grand bordel – jeudi 12 janvier 2012

Publicités