Durban – Copenhague, même combat (d’échec)?

Posted on 11 décembre 2011

0



Près de 200 pays sont réunis depuis 10 jours à Durban, en Afrique du Sud, pour la 17ème conférence de l’ONU sur le climat. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les avancées se font toujours attendre…

Le sommet sur le climat à Durban connaîtra-t-il le même échec que  celui de Copenhague en 2009 ? Tout le laisse à penser quand on voit le peu d’avancées concrètes sur le terrain. Notamment le fait que les dirigeants internationaux préfèrent émettre des messages alarmistes sur l’état de la planète, plutôt que de s’engager sur des mesures chiffrées, et donc contraignantes, pour abaisser les émissions de gaz à effet de serre.

Savez-vous quel est l’objectif de la communauté internationale pour limiter la hausse des températures ? 2° ! Cela paraît bien peu, mais la situation reste encore et toujours bloquée, notamment à cause des Etats-Unis et de la Chine qui représentent à eux seuls plus de 40% des émissions mondiales.

Du coup, pour se rassurer et faire mine que le protocole de Kyoto n’est pas enterré qui, rappelons le, engageait les Etats à réduire d’ici 2012 de 5% leurs émissions de gaz à effet de serre par rapport à 1990, les dirigeants présents au sommet de Durban se félicitent du moindre progrès réalisé. Dernier exemple : la mise en place d’un Fonds vert pour aider les pays en développement à faire face au changement climatique. Sur le papier, impeccable. Mais une fois de plus les discussions coincent quand ils s’agit de mettre la main à la poche.

L’engagement pris à Copenhague, l’un des seuls d’ailleurs, était d’arriver à que ce fonds atteigne les 100 milliards de dollars par an à partir de 2020. Mais quand on voit les réticences des uns et des autres, on se demande quand les chefs d’Etats se décideront réellement de s’occuper de la planète. Lors du prochain sommet sans doute…

David Courbet – 8 décembre 2011

Publicités