Wikileaks : « câbles en fuite » (Ecrans.fr)

Posted on 10 décembre 2011

0



Déjà confronté à une querelle entre son dirigeant et son ex-porte-parole, Wikileaks doit faire face à de nouvelles critiques, concernant cette fois son système de protection des données : un gros fichier confidentiel a été publié par inadvertance sur le net, rapporte Ecrans.fr.

Le site spécialisé dans la divulgation d’informations confidentielles se voit accusé d’avoir diffusé les 250 000 câbles diplomatiques américains qu’il a en sa possession sans protéger suffisamment ses sources. En cause: la publication par inadvertance d’un dossier crypté sur Internet, dans lequel l’identité des informateurs des Américains n’avait en pas été masquée, relate Ecrans.fr. Et un journaliste a eu accès à ces documents « cachés », après avoir trouvé le mot de passe… sur le net.

Ecrans.fr rapporte que « ces câbles non censurés avaient été cachés par Julian Assange dans une partie du serveur de WikiLeaks où personne n’était censé les trouver« . Le fondateur de l’organisation « aurait donné le mot de passe permettant de lire ces documents à un contact extérieur« . Dont on ne connait pas l’identité.

Comment ces documents non-retravaillés, censément à l’abri sur le serveur de Wikileaks, ont-ils pu se retrouver à la portée d’un journaliste (en l’occurrence, croit savoir le magazine américain Wired, Steffen Kraft, rédacteur au journal allemand Der Freitag) ?Ecrans.fr rappelle qu’avant de partir créer son propre site Openleaks, l’ex-porte-parole de l’organisation Daniel Domscheit-Berg avait emporté « l’ensemble des documents contenus dans les serveurs de l’organisation ». Il a finalement « rendu une partie de ces documents à leur propriétaire au mois de décembre dernier ». Mais en les mettant en ligne, « dans cette pagaille, les collaborateurs de WikiLeaks ne se sont pas aperçus de la présence » du fameux dossier camouflé.

 

Ecrans - wikileaks

Quant au mot de passe, il « se serait aussi retrouvé dans la nature par inadvertance » confie sans plus de précisions Herbert Snorrason, un ancien collaborateur de Julian Assange parti rejoindre OpenLeaks.

Der Spiegel soupçonne un collaborateur proche d’Openleaks d’être à l’origine d’une telle manœuvre, pour déstabiliser le site de Julian Assange. Cela confirmerait les accusations de Domscheit-Berg, « qui n’a de cesse de répéter depuis des mois, que les données détenues par Wikileaks ne sont pas protégées« , écrit l’hebdomadaire allemand. En effet, l’année dernière déjà, Wikileaks avait été épinglé pour avoir laissé sur des documents publiés des noms d’informateurs afghans.

Twitter wikileaks Sur son compte Twitter, Wikileaks refuse de porter la responsabilité d’une telle fuite et assure que celle-ci viendrait d’un « grand média partenaire » et d’un « individu malveillant« . Dans un autre message, l’organisation mentionne faire également l’objet d’une cyberattaque à la suite de la publication des données non-cryptées.

Comment Wikileaks avait-il orchestré la publication des documents diplomatiques américains ? Souvenirs souvenirs, dans notre article de l’époque.

par David Courbet – Arrêt sur Images – 31 août 2011

Publicités
Tagué: ,