« Les gonzesses et le foot, non merci ! »

Posted on 10 décembre 2011

0



Malgré l’engouement pour la Coupe du monde de football féminine rencontré auprès du public français, les chaînes généralistes françaises s’en foot complet.

 

13 juillet 2011, M’Gladbach en Allemagne, l’équipe de France féminine de football est en demi-finale de la Coupe du Monde face aux expérimentées américaines. Après avoir été menées rapidement au score, les Bleues égalisent en seconde période, ce qui laisse entrevoir une lueur d’espoir. Celle-ci disparaitra en l’espace de 3 minutes et deux buts marqués par les favorites du tournoi. Meilleur résultat de son Histoire, l’équipe TricolorE devra attendre une prochaine fois avant de s’attirer l’intérêt des chaînes généralistes françaises.
Quelques articles de-ci de-là, une brève en fin de journal de quelques secondes puis on repasse aux choses sérieuses. Car le foot ne peut être sérieux qu’avec des mecs. Ce sport viril, engagé, souvent violent ne peut être pratiqué que par « ceux qui en ont dans le short ». Les filles c’est sympa à voir, mais si elles restent habillées, où est l’intérêt ?

L’audience s’avèrera bien plus élevée avec un Secret Story (TF1) où vulgarité et obscénité caractérise la marque de fabrique de la première chaîne française . Sans doute le fameux « mieux disant culturel » cher à François Léotard.

 

 

France 2 de son côté, abonné au Tour de France et ses sportifs irréprochables, préfère, alors que l’étape du jour est terminée depuis belle lurette, diffuser des reportages sur l’effervescence du public du Tarn profond, plus précisément de Cordes sur Ciel et de Saint-Paul-Cap-de-Joux. La déprogrammation de Questions pour un Champion sur France 3 aurait provoqué tellement de malaises dans les maisons de retraite qu’elle ne fut même pas envisagée. Pour se donner bonne conscience, le match fut tout de même diffusé sur… Direct 8. Outre le yachting, le groupe Bolloré s’intéresse également au ballon rond. Sa chaîne a acheté à la FFF la retransmission des matchs de l’équipe féminine jusqu’en 2014. Et elle semble avoir trouvé un bon crédo : jusqu’à 3,2 millions de téléspectateurs pour la demi-finale contre les Américaines, soit plus de 16% de parts de marché, un record pour une chaîne de la TNT ! De quoi faire réfléchir TF1 qui voit son public s’éroder et fuir de plus en plus vers les concurrents du câble…

Or, summum de l’hypocrisie, TF1 avait envisagé de retransmettre le match des Bleues, en direct ( ! ), en cas de finale. Beau geste. Qui ne connaîtra pas de consécration au final. Le message est clair : le foot féminin okay, mais qu’à condition que la victoire soit au bout. Pas question de sacrifier une soirée en prime time à 58 000€ le spot de 30 secondes, qui plus est pour des gonzesses en short…

Le discours officiel est tout autre avec ses formules de politesse, sur l’égalité des sexes et la volonté de traiter les femmes d’égal à égal avec les hommes. Pourtant partout, que ce soit au sein des sphères politique, économique ou médiatique, le pouvoir continue à se caractériser par son phallocentrisme. Le sport ne déroge pas à la règle : le deuxième sexe n’a qu’à bien se tenir et prendre exemple sur son homologue masculin. Il est vrai qu’en termes de football, elles ont tant à envier à ces messieurs, pas capable de marquer plus d’un but lors de la dernière Coupe du Monde, certains joueurs insultant carrément leur entraineur et n’en faisant qu’à leur tête, quitte à se ridiculiser aux yeux du monde entier en entreprenant une grève du bus pitoyable. Le tout ponctué de bagarres au sein du groupe et de chasses à la taupe. Chouette ambiance.

Les Françaises quant à elles peuvent garder la tête haute après être sorties deuxième de leur poule derrière l’autre équipe favorite du tournoi, l’Allemagne (qui de son côté n’atteindra même pas les demi-finales). En quarts, données d’office perdantes, les Françaises sont venues à bout, après une séance de tirs au but, des Anglaises. La suite est connue face aux Américaines. L’objectif est plus qu’atteint : les Bleues ont pour la première fois accédé à un tel stade de la compétition, offrant un football offensif agréable et appréciable, au sein d’un groupe très soudé. A cela s’ajoute une qualification d’office pour le tournoi Olympique de Londres en 2012. Auquel ne participera d’ailleurs pas l’équipe masculine, n’ayant pu décrocher son ticket d’entrée. Mais bon, ça ne reste que des gonzesses qui jouent à la baballe, n’est ce pas ?

David COURBET  – T’as vu ma plume 14 juillet 2011

Publicités