Emeutes GB : journaux et sites appellent à la délation

Posted on 5 décembre 2011

0



Alors que la Grande-Bretagne fait face à des émeutes sans précédent, la police, certains sites créés pour l’occasion mais aussi plusieurs journaux poussent à la délation des émeutiers et des pillards. A l’image de ce qu’il s’est produit récemment à Vancouver, des particuliers sont incités à dévoiler l’identité de certains émeutiers pris en photo et à les dénoncer auprès de la police. Le Sun propose ainsi à ses lecteurs de « balancer un abruti« .

Suite à la mort d’un jeune homme, tué dans des circonstances encore incertaines, plusieurs villes de Grande-Bretagne ont été touchées par de violentes émeutes. Afin d’identifier les suspects, la police appelle les citoyens britanniques à l’aide, leur demandant d’appeler un numéro spécial qui permettraient aux recherches et aux arrestations de se dérouler plus rapidement et facilement.

Shop

Certains journaux ont entendu l’appel et ont décidé de leur faciliter la tâche. Sur le site du tabloïd anglais The Sun (groupe Murdoch) un énorme titre propose à ses lecteurs de « balancer un abruti – pouvez-vous identifier l’un des ces émeutiers et pilleurs? – appelez Crimestoppers au… » Treize images de supposés voleurs apparaissent en contour. L’article propose près d’une trentaine de clichés issus de caméras de vidéo surveillance, où l’on peut reconnaître certains individus, aux visages souvent dissimulés. Donnant le numéro de téléphone de la police, le quotidien « exhorte ses lecteurs à identifier et confondre tout abruti qu’ils ont vu piller, incendier ou saboter tout bien« .

Mais la presse Murdoch n’est pas la seule à pousser à la délation: le Daily Mail publie une soixantaine de photos (dont seulement douze proviennent de la police, souligne le journal) avec des légendes très précises. « Un jeune, portant un pull Nike bleu à capuche et un foulard rouge rejoint le groupe » peut-on lire sous une photo, ou encore « à droite, un homme portant un pull Nike gris à capuche avec des ficelles rouges et avec le numéro 87 marqué dans le dos« .

 

Image002

 

 

 

En parallèle se sont créés des sites spécialisés qui invitent les internautes à identifier les pillards. londonrioters.co.uk permet de naviguer très facilement de photo en photo. « Connaissez-vous cette personne? » demande le site. Le lecteur clique tout simplement sur « non je ne la connais pas. Photo suivante » ou sur « oui, je connais cette personne« . S’ouvre alors le cas échéant un petit formulaire permettant d’indiquer le nom de la personne, son domicile, et un éventuel commentaire. Il est également possible d’y ajouter ses propres photos. En revanche, il n’est spécifié nulle part de ce qu’il advient des informations laissées, ni qui est à l’origine de cette initiative et ses motivations. 

 

 

 

 

Image003

A contrario, le site Catch a looter demande expressément aux internautes de contacter les services de police pour dénoncer un éventuel voleur impliqué dans les émeutes, et renvoie à un formulaire spécialisé. Sa page facebook comptabilise déjà plus de 2400 fans.

Image004
Image005

Le créateur du site ne donne pas son identité mais prévient qu’il « est évident qu’une photo apparaissant sur ce site n’est pas une preuve de culpabilité; porter une cagoule et transporter un sac rempli d’affaires n’a rien d’illégal et n’est pas non plus une preuve de vol. Que cela soit clair« . Près de 70 clichés sont ici consultables, issus de différents supports, des caméras de vidéo surveillance aux images publiées par les médias en passant par des photos de téléphones portables ou encore des captures d’écran de profils Twitter. Ici aussi il est possible d’y poster ses propres photographies.

De son côté, la police a également publié sur le site de partage en ligne d’images Flickr plusieurs clichés d’individus soupçonnés d’avoir participé aux violences, proposant un numéro de téléphone permettant de contacter la cellule d’investigation criminelle dans le but « d’amener devant la justice ceux qui ont commis des délits et des actes violents » précise la page.

Image006

par David Courbet – Arrêt sur Images – 10 août 2011

 

 

 

 

Publicités