Les frisés en Afrique du Sud : retour à Soweto

Posted on 27 novembre 2011

0



Carnet de bord des envoyés spéciaux de Bakchich au Mondial sud-africain. Episode trois : reportage au Memorial Hector Pieterson, au coeur de Soweto, pour l’anniversaire de la répression des émeutes de 1976.

Le 16 juin 1976, les écoliers de Soweto manifestent contre l’imposition de l’Afrikans, le verbe de l’apartheid, comme seule langue d’enseignement. Marche pacifique sous les balles. De nombreux jeunes tombent. Un seul sera photographié, mourant dans les bras d’un de ses grands frères. Hector Pieterson, 12 ans, devient le symbole de la révolte contre l’oppression. Et débutent les émeutes de Soweto. Dont la répression acheva de faire basculer le régime de l’Apartheid du côté des parias de la communauté internationale.

Depuis 1994, chaque 16 juin est férié. En hommage aux révoltés. Et chaque 16 juin, le Memorial Hector Pieterson, en plein centre de Soweto, le plus célèbre township d’Afrique du Sud, devient l’épicentre du pays.

 


Ahmed Kathrada, une vie de lutte

L’activisme politique de l’octogénaire Ahmed Mohamed « Kathy » Kathrada a débuté très tôt. Dès 12 ans, au début de la deuxième guerre mondiale, ce fils d’indiens immigrés rejoint la Ligue des jeunes communistes de l’Afrique du Sud. En 1946, il est encore mineur au moment de s’engager au sein du mouvement de résistance pacifique contre la loi sur les « Ghettos », discriminante pour les indiens et asiatiques qui ne peuvent vivre et faire du commerce que dans des zones limitées. Les 2000 militants de cette campagne passent un mois dans la prison de Durban pour « désobéissance civile ». Plusieurs fois condamnés pour avoir organisé des manifestations contre « les lois injustes » de l’apartheid, il fait partie, avec Nelson Mandela, des 156 militants du Congrès National Africain (ANC) accusés de haute trahison en 1956. A l’issu du procès de 4 ans, tout le monde est acquitté. Mais sept ans plus tard, il est condamné à la prison à vie avec les cadres de l’ANC. Kathrada a 34 ans. Il passe les 18 années suivantes dans la prison de Robben Island et sept ans à celle de Pollsmoor au Cap. Après sa libération le 15 octobre 1989 à l’âge de 60 ans, il est accueilli en héros à Soweto. Elu membre du Parlement en 1994 après les premières élections démocratiques en Afrique du Sud, il siège jusqu’en 1999. Ahmed Kathrada a aussi été Président du Conseil du musée de Robben Island de 1995 à 2006.

Voir aussi le site de la Kathrada Fondation.

Mémoire / Bakchich vendredi 18 juin 2010 par Xavier Monnier, Anthony Lesme, David Courbet
Publicités