MONDIAL 2010 – Maradona visite l’Afrique du Sud

Posted on 20 novembre 2011

0



Diego Maradona, l’ancienne légende du football et actuel entraineur de l’équipe d’Argentine, s’est déplacé en Afrique du Sud pour faire un repérage à quelques mois du début de la Coupe du Monde. Visite appréciable, certes, mais calculée ?

« Jamais je n’oublierai cette journée »

Six jours après la fin de son bannissement par les instances de la FIFA, Diego Maradona a choisi de visiter l’Afrique du Sud et ses infrastructures en guise de reconnaissance pour la prochaine Coupe du Monde de football. En compagnie de toute la délégation argentine, il s’est familiarisé pendant 5 jours avec les infrastructures prévues pour les joueurs de l’Albiceleste ( »blanc et bleu ciel »). Sa visite dans une école de Pretoria, parrainée par l’ambassade argentine, a été un moment fort émotionnellement. Accueilli par des dizaines d’élèves chantant « Welcome Maradona« , l’ex-prodige du ballon rond, habituellement tout en retenue, a fondu en larmes. « Jamais de ma vie je n’oublierai ce jour« a-t-il déclaré. Le voyage se poursuit ensuite avec la rencontre d’enfants des townships de Soweto. Outre la seule rencontre humaine, on assiste à une distribution par la délégation de ballons, équipements de sport et matériel scolaire. Les ‘‘bafanas’’ (« jeunes », NDLR), aux anges, reprennent alors tous en cœur « Maradona, Maradona !« . Avant de retourner en fin de journée à Orlando West dans une autre école de Soweto, l’Argentin fit un détour par Soccer City, le stade – toujours non-achevé – situé à Johannesbourg. Celui-ci va accueillir, entre autres, la cérémonie et le match d’ouverture (11 juin) ainsi que la finale un mois plus tard. Malgré ses problèmes d’embonpoint, El Pibe de Oro (‘‘le gamin en or’’) a encore de bons restes, effectuant, sous les acclamations des ouvriers travaillant (nuit et jour) sur le chantier, jongles du pied et de la tête. Après sa démonstration, il leur serre à tous la main. 

L’Argentine championne ? 

D’ailleurs l’Argentine jouera dans ce stade, si ce n’est en finale, au moins contre la Corée du Sud en match de poule. « C’est l’un des plus beaux stades que j’ai eu l’occasion de voir. Et croyez-moi, j’en ai vus !« se réjouit le sélectionneur. Pour lui, il ne fait aucun doute : l’Argentine y sera présente pour la finale, qu’elle remportera, bien entendu… « Nous avons Messi (Lionel, l’un des meilleurs joueurs actuels, NDLR), rien ne peut nous arriver ! » charrie-t-il.

Image002

Danny Jordaan, président du Comité d’organisation de la compétition, est moins péremptoire. Pour lui, bien que Messi soit un prodige, un seul joueur ne peut pas faire remporter une équipe, « même avec un Maradona« . Il tient aussi à rassurer les préoccupations de certains concernant d’éventuels problèmes de sécurité – suite au drame subi par la délégation togolaise en Angola – en les balayant de la main. « Tout comme lors du Final Draw (tirage au sort, NDLR), les conditions sécuritaires seront optimales et il ne se passera absolument rien !« assure Jordaan. Vu les dispositifs employés depuis quelques mois, avec la présence de plus en plus insistante des agents de police à travers tout le pays, c’est en effet fortement probable.

                                                                             Echange de maillots entre Danny Jordaan et Diego Maradona, (photo D. Courbet)

Repérage pour la Coupe du Monde ou simple rachat d’image ?

Lorsqu’il s’agit de savoir pourquoi d’autres entraineurs ne viennent pas comme Maradona en Afrique du Sud en rendant notamment visite à des enfants, Jordaan esquive la question.  Maradona aurait décidé lui-même d’aller « hors des sentiers battus« , particulièrement dans les townships ou encore dans les écoles pour y distribuer des fournitures. La suspension de deux mois par la FIFA de  »l’Homme à la main de dieu » de toute activité dans le football a pris fin le 15 janvier. En novembre dernier, le sélectionneur argentin avait été sanctionné pour ces propos d’après-match – que l’Argentine avait gagné ! -, en insultant ses détracteurs d’un très poétique « à ceux qui n’ont pas cru en nous, je demande pardon aux dames, qu’ils me la sucent (sic) et continuent à me sucer ». Scandale international et gros titres dans la presse. Après avoir interrogé l’ambassade d’Argentine qui a organisé sa venue, il est à noter que celle-ci ne fut prévue que le 14 janvier, soit bien après la sanction… On peut alors comprendre l’enthousiasme de Maradona à vouloir serrer des mains, rencontrer des enfants, faire des cadeaux et passer dès lors pour un « Bon Prince ». Mauvaise langue ? Peut-être, mais reste quoi qu’il en soit à saluer cette visite qui devrait servir d’exemple à bien d’autres personnalités ! 

David Courbet – www.lepetitjournal.com/johannesbourg.html – mardi 26 janvier 2010

Publicités